Patrimoine bâti et naturel

Découvrez la richesse de notre patrimoine communal et laissez-vous séduire par les curiosités que vous offre son bâti ou sa nature.
A partir de la carte ou des descriptifs, baladez-vous !

Les curiosités patrimoniales

Venez apprécier la grande diversité végétale et au détour du chemin laissez-vous charmer par la faune sauvage qui se cache dans les fourrés, les  haies, les mares… C’est une invitation  à la randonnée et aux balades de découverte, à pied ou à vélo, du patrimoine de la commune !

Patrimoine bâti d'Aubigny

Le lavoir de Brangeard

Le lavoir de Brangeard à fait l’objet d’une restauration importante qui a mobilisé l’énergie des élus de la mandature précédente ainsi que des bénévoles de la commune. Il est alimenté en toutes saisons par une source d’eau claire issue de la fontaine toute proche. Son toit en «impluvium»lui donne son caractère particulier.

Le lavoir de « femme à bru »

Le lavoir de « femme à bru » dont la toponymie reste mystérieuse. Composé d’une fontaine et de trois bassins successifs  dont le dernier a servi  d’abreuvoir aux animaux passant par le chemin, les deux premiers aux lingères.

Le lavoir de Bouchet ou de Boucher

Le lavoir de Bouchet ou de Boucher fut lui aussi rebâti  il y a quelques années par un groupe d’insertion ;

Le lavoir de Fondechien 

Niché dans un écrin de verdure, c’est  le plus curieux par sa forme.

D’autres lieux à découvrir bientôt :

  • Fontaine de Gories,
  • Fontaine aux sorciers,
  • lavoir de crotté ou du petit Rôti évoqués dans les ouvrages historiques locaux feront l’objet de découvertes à venir…

N.B : les appellations des croix et calvaires sont définies à partir du document rédigé par Michel Pierre Contard en 1991

  • L’église dominante dans le paysage local, restaurée récemment.  Sécurisation du clocher en cours
  • Croix commune ou croix du cimetière. Elle vient de faire l’objet d’une restauration récente.
  • Croix du raidillon (brisée) ou croix du chemin de l’enfer
  • Grand calvaire d’Aubigny (croix de mission 1901). Domine l’entrée du bourg
  • Croix de la Frucherie (croix de la Coudrelle).
  • Calvaire des trois paroisses  (1904)(croix du Pastureau) puis1935 et 1980. Sur la route de St Loup
  • Croix du petit bois.
  • Croix du grand bois .
  • Croix de la Bouquetière
  • La croix Jorenne (des Barges)
  • Croix de la pierre du Crieur
  • Croix Ravaillaut (remplaçant la croix du Bourneu) à Rigourdaine

LES CROIX ET CALVAIRES

L'ÉGLISE SAINT-AUBIN

 

LES VITRAUX DE L'ÉGLISE SAINT-AUBIN

du 21e siècle (signés Mr Dabin)

Un élément fort du patrimoine d’Aubigny : le Pigeonnier, le Colombier aussi appelé la Fuie.

Localiser

 

 

  • L’église restaurée constitue un élément dominant dans le paysage et son horloge ponctue la  journée de son carillon.
  • Tout proche, le pigeonnier le Colombier qu’on appelle aussi la « fuie »est à lui seul par son architecture et sa dimension un objet de visite remarquable qui mérite le détour.
  • Les croix et calvaires disséminés sur la commune peuvent également faire l’objet de repères dans  les cheminements.
  • Lavoirs et fontaines sont des richesses à visiter sur les flancs de la vallée du ruisseau « des prés de la Guinière ». (voir détail ci-dessous)

Vous remarquerez aussi la présence de maisons anciennes (19ème ou début 20ème) dont l’architecture modeste se retrouve de loin en loin de façon répétitive.

Deux aires aménagées de pique nique ombragées vous permettent des pauses agréables.

Notre commune est sillonnée nombreux sentiers et chemins abrités, agréables à découvrir.
Quelques troupeaux ou animaux solitaires rappellent le passé d’élevage de notre commune. Dans les coteaux rocailleux apparaissent  encore quelques vignes conservées par des passionnés qui tentent de perpétuer la tradition du pineau local…
La situation géographique d’Aubigny entre bocage et plaine, entre granite armoricain et calcaire poitevin, constitue une grande richesse floristique et faunistique.

Patrimoine naturel d'Aubigny

Avant la mode des diodes et autres tubes luminescents qui soulignent l’architecture monotone des nouvelles maisons rurales de lumières criardes dignes des fêtes foraines, la fin d’année était propice à décorer nos habitations avec des éléments glanés dans la nature.

Du houx, du gui, du lierre, des pommes de pin, quelques bougies, un peu d’imagination, cela suffisait à égayer cette période de jours courts qui incite à la mélancolie.

Bien sûr, on ne manquait pas de récupérer dans les sous bois quelques rameaux de fragonnette dont les fruits rouges tranchent sur le vert luisant de l’ensemble de la plante.

Cette plante étonnante au nom savant : Ruscus aculeatus en porte quantité d’autre : Fragon, Petit houx, Buis piquant, Myrte épineuse, Houx frelon, Épine de rat, Fisse larron, Brusc …

Son rhizome, parce qu’il s‘agit d’une liliacée comme la tulipe a des vertus médicinales notamment sur la circulation sanguine.

Ses baies rouges qui n’apparaissent que sur les plantes femelles sont toxiques. La position de ces baies au milieu des rameaux aplatis et piquants appelés cladodes, en fait du point de vue botanique, une plante sans feuilles. 
            D’autres usages sont eux tout aussi étonnants : Les bouchers européens utilisaient ses tiges pour balayer le plan de travail de débitage des viandes, non seulement à cause de leur rigidité et de leur solidité, mais également parce qu'on pensait que les huiles essentielles que renferme la plante inhibaient la prolifération bactérienne.
 On l’appelait aussi Gringon dans le sud ouest, ce qui a donné l'expression "gringonner" (balayer) car on faisait des balais d'extérieur ou de souillarde avec son feuillage.  P. C.

D'autres curiosités locales :

Une richesse de la biodiversité locale à protéger : la Fritillaire pintade.

Appelée localement « paperolle », si vous croisez cette fleur magnifique.
Ne la cueillez surtout plus, elle est en danger de disparition totale sur la commune.
Elle est extrêmement rare. Prenez là en photo, admirez là dans son paysage….

Une  plante étonnante sans chlorophylle, sans tige, presque sans feuilles.
A découvrir près des ruisseaux  dans nos vallées humides. 
La clandestine ou Lathraea clandestina
 

Consultez aussi :